Le Cirque de Navacelles : réguler et améliorer l’accueil des visiteurs pour préserver le site et revitaliser le territoire

Par Caroline Salaün
Directrice du Grand site du Cirque de Navacelles


Le Cirque de Navacelles est une curiosité géologique, au milieu d’un plateau calcaire aride de 500 à 900 mètres d’altitude, « les causses de Navacelles », vaste territoire de 46 000 hectares peu peuplé (environ 1600 habitants soit 3 habitants/km²), entaillé par les gorges de la rivière la Vis (300 mètres de profondeur et jusqu’à 2 km de large) avec au centre un village habité situé sur l’ancien méandre de la rivière la Vis. Le Cirque de Navacelles est aussi un élément d’un bien plus important inscrit au patrimoine mondial de 3000 km², « les Causses et les Cévennes » (C&C), au titre des paysages culturels de l’agropastoralisme méditerranéen. Le Bien UNESCO comprend l‘ensemble des « causses de Navacelles » (qui représente 17% du Bien). Le syndicat mixte est opérateur de la gestion du Bien C&C.

Le Cirque de Navacelles, situé au Sud de la France à 70 km du littoral méditerranéen, est un lieu de forte affluence touristique. De ce fait, en période estivale, une forte fréquentation à la journée était constatée sous forme de « visite éclair » -passage sur le site pour prendre la photo et repartir ensuite- (250 000 visiteurs annuels) concentrée sur le petit village de Navacelles, accessible seulement par des routes étroites et dangereuses depuis les 2 causses.

Dans ce village comptant seulement 60 places de stationnement, jusqu’à 1000 véhicules par jours descendaient, stationnaient sur la prairie verte de l’ancien méandre et dégradaient fortement ce paysage emblématique avec des problèmes de stationnements, de cohabitation habitants/visiteurs qui dégradaient la visite et le cadre de vie. Il fallait sanctuariser le paysage du méandre pour le préserver et trouver des alternatives pour que ces « visites éclair » puissent profiter à la revitalisation du territoire, au-delà des « hotspot », mais également au visiteur et au site.

La stratégie du Grand Site a été d’organiser un accueil sur un territoire de projet élargi (cf carte) réunissant l’ensemble des Causses qui entourent le cirque, permettant ainsi de « dé-zoomer » la problématique du cœur en s’organisant autour d’un territoire beaucoup plus vaste. Le Grand Site a pour cela travaillé avec les acteurs à un projet de lieux d’accueil et d’information en amont du

Cirque à partir des belvédères pour accueillir, faire découvrir et offrir des alternatives pour la descente au Cirque (mise en place de navette, de parking de délestage, de sentiers de randonnée pédestres pour accéder au village de Navacelles, d’offre de vélo électriques…) mais également pour faire découvrir le reste du territoire des causses de Navacelles et du Bien Causses et Cévennes. Des circuits et la valorisation des « haltes patrimoine » dans les 14 autres villages ou hameaux du Grand Site ont également été mis en place, ce qui a permis de diffuser les flux de visiteurs dans l’espace.

Ces actions se sont appuyées sur un travail d’étude mené sur le long terme avec un schéma d’interprétation du patrimoine et une charte paysagère et architecturale sur l’ensemble des communes du Grand Site. En effet, depuis 2007, le périmètre adopté pour le GSF s’était calé sur les entités paysagères des causses (19 communes/14 villages), prenant en compte la nécessité de gérer les flux en « dé-zoomant » l’échelle de gestion pour mieux réguler, et que l’écrin du Cirque que sont les causses devait également être préservé pour sa valeur paysagère : l’émotion de la découverte du cirque verdoyant, venant du contraste avec les causses arides traversés avant. Cette stratégie a été adoptée en parallèle et en amont des aménagements permettant d’offrir au plus tôt des alternatives de visites intégrées au développement des villages aux alentours. La dernière phase actuelle est la réhabilitation du hameau de Navacelles. Depuis 8 ans des équipes de patrouilles ont été mises en place dans les gorges pour préserver les lieux.

En parallèle, la seconde stratégie a été de redistribuer les flux de visiteurs dans le temps. En associant les acteurs et forces vives du territoire des causses de Navacelles : hébergeurs, prestataire d’activité de pleine nature, restaurateurs, accompagnateurs de montagne, guide naturaliste… une offre a été mise en place (le syndicat mixte a permis de fédérer les actions et les acteurs) : programme à l’année d’animation, développement d’offres packagées de séjours, développement d’offres d’escapade entre prestataires… permettant de proposer des alternatives à la visite en haute saison sur les ailes de saison et de proposer des produits communs sur un territoire très morcelé en termes administratifs.

Ce que l’on peut retenir : ces projets sont le fruit d’un processus porté collectivement sur de nombreuses années, avec le paysage comme fil directeur et en impliquant les acteurs locaux.

Ils nécessitent la mobilisation des différents publics (circulation, architecture, patrimoine…) et de travailler avec les habitants, avec comme moteur, la fierté des habitants pour leur territoire et leur souhait de partager ses valeurs.

L’approche intégrée dans les Grands Sites de France : focus sur les actions de sensibilisation auprès des publics et des acteurs locaux.

Par Lucile Bordet
Chargée de mission action internationale, RGSF


Les Grands Sites de France sont des sites patrimoniaux et des paysages emblématiques, pour la plupart très fréquentés. Le label attribué par le ministère français de la Transition écologique à ces sites consacre l’engagement dans une démarche de gestion durable et intégrée fondée sur la préservation de leur qualité paysagère, autour des trois piliers : le site, les habitants et les visiteurs.

La gestion intégrée peut se définir comme le « Mode de gestion de certaines activités qui intègre, dès la phase de conception, l’ensemble des facteurs écologiques, économiques et sociaux qui leur sont liés ». Pour un site patrimonial, il s’agit de penser la gestion dans toutes ses dimensions en prenant en compte l’ensemble des enjeux territoriaux :

  • Une gestion qui repose sur les valeurs culturelles et patrimoniales des lieux
  • Une vision holistique des lieux
  • Un partenariat entre acteurs du territoire

Et d’agir dans une perspective de gestion durable :

  • Connaissance du site (études scientifiques)
  • Conservation du site
  • Intégration du site dans l’économie locale
  • Accueil des visiteurs, interprétation, transmission
  • Implication des populations locales

Elle implique ainsi la mise en place d’un projet de territoire pensé sur le long terme et porté par la structure gestionnaire du site, dans le cadre d’un large partenariat. Sur un Grand Site, la structure gestionnaire (une collectivité locale, un établissement public…) est constituée d’une équipe pluridisciplinaire qui agit sur le terrain. Elle est le chef d’orchestre qui met en musique un projet de territoire, en veillant à respecter les valeurs et la singularité du site, à travers des missions diversifiées :

  • Assurer la protection et la conservation du site
  • Préserver et restaurer le paysage (aménagements, ‘désaménagements’, sobriété…)
  • Entretenir et gérer le site : garantir un état, un entretien et un fonctionnement satisfaisants et à la hauteur de sa notoriété
  • Mettre en valeur et accueillir autrement : garantir un bon accueil pour les visiteurs, des aménagements et des services, favoriser une expérience globale…
  • Garantir un cadre de vie plaisant pour les habitants, un lieu dont ils sont fiers, qui leur donne envie de s’impliquer, de l’améliorer, de le faire visiter
  • Favoriser les retombées économiques locales et des emplois qui irriguent le territoire

La diversité de ces actions nécessite une implication de toutes les parties prenantes actives sur le territoire.

La politique des Grands Sites est avant tout une approche partenariale entre l’État (compétence régalienne pour les sites classés et le label) et les collectivités locales, en charge de la gestion du site. Elle est basée sur une méthodologie de la concertation entre techniciens et élus locaux impliqués dans le projet de territoire, mais aussi avec les habitants, les agriculteurs, les socio-professionnels du tourisme à travers des outils adaptés (enquêtes, réunions d’échanges, implication dans les groupes de travail, animations sur le territoire, projets pédagogiques avec les écoles…).

En cohérence avec cette approche, le travail de sensibilisation dans un Grand Site se fait à tous les niveaux, avec l’idée de partager une connaissance commune autour des valeurs patrimoniales du site et de l’ensemble de ses composantes notamment paysagères. Sensibiliser le visiteur passera nécessairement par la sensibilisation des personnes/des professionnels qu’il va rencontrer sur le territoire.

Ainsi dans les Grands Sites, les offres de médiation et sensibilisation ne sont pas pensées exclusivement pour les touristes mais concernent aussi les habitants, premiers usagers et ambassadeurs du site, et les professionnels du tourisme, à travers par exemple :

  • Des activités pédagogiques s’adressant aux écoliers, des activités qui se poursuivent hors saison touristique, de l’événementiel dédié aux habitants (fêtes du Grand Site) ou des activités qui permettent de découvrir des facettes plus intimes des sites.
  • Le développement d’un outil pédagogique sur les paysages « La malle vagabonde », en partenariat avec l’association Citémomes, présent sur une dizaine de Grands Sites : cet outil, sous la forme d’une malle pédagogique, permet aux gestionnaires de sites d’étoffer leur offre sur le thème du paysage ou d’aborder la thématique de la gestion durable d’un site auprès d’un public large de visiteurs ou d’habitants (scolaires mais aussi partenaires locaux, familles, grand public…). Grâce à une série d’outils simples et immersifs (jeux sur les 5 sens, jeu de rôle sur les métiers des acteurs, lecture de paysage…), ce dispositif propose de découvrir le paysage et ses coulisses de manière sensible, en rendant les participants acteurs de leur découverte. En savoir plus.
  • La formation des socio-professionnels du tourisme

Exemple 1 : sur le Grand Site de la Baie de Somme, face à la recrudescence du nombre de guides natures locaux et la disparité en termes de qualité des visites proposées et de pédagogie, le Grand Site a mis en place une formation diplômante de guides nature, pour accompagner notamment le tourisme d’observation des oiseaux. Un référentiel qualité a également été créé afin que les guides qualifiés puissent obtenir un agrément.

Exemple 2 : sur Grand Site du Cirque de Navacelles, le gestionnaire a mis en place des ateliers de terrain avec des élus et des professionnels du tourisme pour travailler sur une définition des valeurs communes du site (biodiversité – habitats et espèces-, valeurs préhistoriques, lien entre le cœur du site et le paysage qui l’entoure, cheminement…). Ces journées de formation sur le terrain et la mise en réseau des socio-professionnels permettent d’actualiser régulièrement leurs connaissances et de les sensibiliser à transmettre des messages de prévention.

En conclusion : Dans les Grands Sites, les actions de sensibilisation tendent à s’adresser à tous les acteurs locaux et aux visiteurs en tant qu’individus, notamment sur les sites ayant une forte fréquentation. Dans l’approche Grand Site, l’idée est de s’adresser à la personne, plutôt qu’à la foule de visiteur, pour proposer une expérience singulière et offrir des clés d’initiation au site. Il s’agit de proposer des offres de médiation plus fines et plus en profondeur (exemple : balades commentées au coucher du soleil sur le Grand Site de la Dune du Pilat). Ces activités permettent également de renforcer le lien nécessaire entre le territoire visité et ses habitants.

Itinéraires culturels d’Europe et développement local durable

Par Eleonora Berti

Directrice Fédération Européenne des Cités Napoléoniennes – Destination Napoléon Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe

Experte de recherche Itinéraires Culturels – Fondazione Scuola del Patrimonio (Italie)


Le programme des Itinéraires Culturels du Conseil de l’Europe est le meilleur exemple que nous pouvons présenter pour expliquer comment dans les pays européens les collectivités locales sont engagées dans la mise en valeur du patrimoine et comment la coopération culturelle engendre un développement socio-économique et touristique durable, cohérent avec les ressources des territoires impliqués et respectueux des populations locales.

Le programme a été lancé en 1987 avec la certification de St-Jacques de Compostelle, l’itinéraire le plus connu.

  • En 1992-1997 l’Institut Européen des Itinéraires Culturels est créé au Luxembourg.
  • En 2007, le résolution (2007)12 du Conseil de l’Europe définit les règles de fonctionnement pour le programme des itinéraires culturels.
  • En 2010, l’Accord Partiel Élargi est établi et les résolutions fixant les critères de certification et le fonctionnement de l’accord sont approuvées.
  • En 2013, confirmation de l’Accord Partiel Élargi et Résolutions CM/Res (2013)66 et (2013)67.
  • Aujourd’hui quarante-cinq Itinéraires culturels ont été certifiés.

Le Conseil de l’Europe regroupe quarante-sept pays-membres, du Portugal, à la Fédération de Russie.

Qu’est-ce qu’un itinéraire culturel ?

Avant de découvrir le fonctionnement des Itinéraires Culturels en Europe, il est nécessaire de définir ces biens culturels complexes, selon la définition d’Itinéraire Culturel établie par Conseil de l’Europe :

L’Itinéraire culturel est un projet de coopération culturelle, éducative, patrimoniale et touristique visant à développer et promouvoir un itinéraire ou une série d’itinéraires fondés sur un chemin historique, un concept, une personne ou un phénomène culturel de dimension transnationale présentant une importance pour la compréhension et le respect des valeurs européennes communes.

Les domaines d’action prioritaires des Itinéraires culturels mettent en évidence l’objectif de la mission et de la stratégie des Itinéraires culturels. Les Itinéraires permettent de réinterpréter les traditions, l’art, le patrimoine, et d’encourager des activités et des projets artistiques qui explorent les liens entre patrimoine et culture contemporaine, mettant en évidence les pratiques les plus innovantes en termes de créativité, dans les pratiques culturelles et artistiques contemporaines, notamment en ce qui concerne l’instruction des jeunes Européens dans les domaines concernés. À cet égard, le lien entre les Itinéraires culturels et les institutions éducatives est bien établi et les projets communs destinés à rapprocher le patrimoine des enfants et des jeunes, à les inciter à le découvrir et à en tirer des leçons sont aussi encouragés.

Les itinéraires culturels ont montré leur énorme potentiel pour les industries culturelles et créatives, ainsi que pour le développement des petites entreprises, le regroupement et la promotion de l’image de l’Europe en général. Ils peuvent également contribuer au développement culturel durable en particulier à l’échelle locale, en s’appuyant sur les connaissances et les compétences locales et en promouvant des régions moins connues. 90% des itinéraires culturels traversent des zones rurales et des destinations lointaines du tourisme de masse, aujourd’hui perçues comme destinations plus sûres. 

Dans le même temps, les itinéraires culturels du Conseil de l’Europe sont indissociables du tourisme, qui offre la possibilité d’un voyage physique et spatial à travers l’Europe et représente l’outil pour découvrir cette richesse. Voyager le long des itinéraires culturels du Conseil de l’Europe est essentiel pour parvenir à une compréhension approfondie de notre patrimoine culturel européen commun et pour embrasser les valeurs les plus fondamentales du Conseil de l’Europe, sur lesquelles notre société s’est développée. Ces valeurs sont les droits de l’homme, la démocratie culturelle et la diversité, les échanges et la compréhension mutuels.

Le processus de coopération entre différents pays constitue l’une des dimensions les plus importantes du programme: un même thème fondamental peut se retrouver sous différentes formes, à travers le continent européen et au-delà, façonné par les caractéristiques géographiques ainsi que culturelles, historiques et naturelles des pays traversés et impliqués dans chaque itinéraire.

L’itinéraire Via Francegina

Le premier exemple à explorer est la Via Francigena, certifiée en 1994, qui implique quatre pays européens (Royaume-Uni, France, Suisse, et Italie).

L’Association responsable est basée en Italie. Les membres sont des autorités locales et régionales, ainsi que des parcs naturels.

Ce chemin historique a été redécouvert grâce à l’engagement du Comité scientifique de l’itinéraire et mis en sécurité et balisé grâce aux autorités régionales qui ont dans certains cas élaboré des plans stratégiques et de développement qui prennent en compte l’Itinéraire (Master Plan de la Région Toscane et de la Région Latium).

À travers le chemin, le voyageur a la possibilité de rencontrer les populations locales, en échangeant avec les habitants des territoires, de découvrir le patrimoine bâti, ainsi que les produits de la tradition gastronomique, qui ont souvent un lien avec cette Route historique.

« La sacoche du pèlerin » est une initiative visant à retracer un lien entre itinéraire et produits du terroir.

Il s’agit d’une marque déposée, qui indique le patrimoine gastronomique et la nourriture traditionnelle qui remplissent les caractéristiques indispensables de la nourriture pour ceux qui marchent encore aujourd’hui le long du parcours.

Les critères pour les produits sont: la production locale, la tradition, l’aptitude à la consommation des randonneurs, la durée de conservation, les ingrédients naturels et la haute valeur énergétique.

Une initiative qui vise à impliquer davantage les habitants des territoires traversés, est I love Francigena.

Il s’agit de rendez-vous et de promenades organisés sur les tracés par l’Association Européenne responsable de l’Itinéraire, qui s’adressent en particulier aux populations locales.

Lors de ces journées, les participants marchent sur l’itinéraires et vérifient l’état du tracé, le balisage, la mise en sécurité, ainsi que les services disponibles, et se réapproprient de leur itinéraire, et de leur patrimoine.

L’itinéraire Destination Napoléon

Un autre exemple est l’itinéraire Destination Napoleon, certifié en 2015 et porté par la Fédération Européenne des Cités Napoléoniennes. L’Itinéraire ressemble presque 60 villes dans 13 Pays du Conseil de l’Europe.

Napoléon est le personnage Européen le plus connu au monde, qui génère 3 millions de visites par année dans les musées européens qui lui sont consacrés. La première action nécessaire dans un itinéraire qui est véritablement un réseau virtuel de villes, est l’adoption d’un balisage commun.

Les initiatives sont nombreuses, et ont au cœur la visibilité des membres du réseau.

Le tourisme est un outil fondamental pour découvrir les cités parties de Destination Napoléon, et l’effet réseau dans ce domaine est essentiel : les destinations se présentent ensemble à l’occasion des foires touristiques, et non pas comme concourants.

En 2018 Destination Napoléon a été choisi pour représenter les itinéraires européens à l’occasion de l’année du tourisme EU-Chine. Notre Président et les représentants des villes qui avaient travaillé à des paquets touristiques, ont eu la chance de participer au foires du tourisme dans différentes villes en Chine. 

La coopération entre territoires différents est l’un des éléments de base pour les Itinéraires et représente aussi une grande richesse, en terme d’apprentissage mutuel et d’échange de pratiques.

La thématique napoléonienne est parfois perçue comme dissonante, car dans certains Pays la mémoire de Napoléon renvoie à des moments sombres de l’histoire. C’est le cas aussi de l’Espagne et du Portugal, qui ont toujours perçu Napoléon comme l’envahisseur et le despote. L’itinéraire a donné l’opportunité à ces deux Pays de travailler sur ce passé à travers un projet financé par l’Union Européenne et visant à mettre en sécurité et à redécouvrir des parcours transfrontaliers entre Portugal et Espagne, liés à l’histoire Napoléonienne.

Cela a permis de mieux comprendre ces pages de l’histoire et de les raconter sur le terrain, à travers le balisage et les activités proposées par les membres du réseau.

Cette année la commémoration du bicentenaire de la mort (le 5 mai passé) est encore en cours et nous a permis d’avoir plus de visibilité. En plus des activités que chacune des villes membres organise, la Fédération a proposé cinq webinaires centrés sur des thématiques actuelles, et en invitant les villes et les musées à présenter leur démarche sur le terrain. 

L’une des thématiques abordées a été l’importance des outils ludiques dans la transmission de l’histoire. Parmi les initiatives à travers l’itinéraire, cette exposition qui implique des publics différents.

Plymouth, l’une des villes membres, a créé un itinéraire urbain Bicentenaire, à la découverte des lieux qui gardent une mémoire napoléonienne.

Parmi nos actions, la coopération avec les petites et moyens entreprises locales a un rôle important : la Source d’eau de l’île d’Elbe a accepté de produire cette année une bouteille spécial Bicentenaire qui a la marque bicentenaire créée spécialement pour 2021 par Destination Napoléon et qui signale tout événement (et objet) organisé au cours de l’année.

Pour conclure, les Itinéraires culturels vont au-delà d’une vision centrée sur un site patrimonial à protéger. Ils encouragent le partage et l’échange, l’engagement de la part des habitants et des visiteurs à travers un réseau européen.

毕布哈克特:遗址地规划的核心是景观

作者:Vincent Guichard

所属机构及职务:毕布哈克特博物馆(Bibracte EPCC) 馆长

欧洲考古中心 (Centre archéologique européen), F-58370 Glux-en-Glenne 法国

v.guichard@bibracte.fr


原始文件

« Entre archéologie et tourisme. Paysages — Landschaften. Zwischen Archäologie und Tourismus »

摘要

于博夫雷(Beuvray)山的古城毕布哈克特(Bibracte)在被授予“历史古迹”头衔的几年后,从1990年起,也被纳入“具有艺术、历史、科学、传奇性或风景特色地”的相关法规的保护范畴。此保护框架由环境部主管,对优质景观地予以认证。事实上,无论是将公元前1世纪的古城遗迹掩映其中,具有真正遗产价值的百年森林,还是能够俯瞰周围勃艮第乡村的极佳山顶观景地,均保存得相当完好。自1990年以来,景观问题在遗址管理和发展政策中的重要性逐渐凸显:在九十年代初开始对考古遗址周围的大片土地(近1000公顷)进行监管,2005年制定长期景观管理计划,并于2008年被授予“法国大景观地”认证标识。今天,景观学方法已经成为遗产地管理者制定行动计划的主导理念。正如以促进考古发现为初衷建立的毕布哈克特博物馆 (musée de Bibracte),最初曾定位为展示“凯尔特文明”的博物馆,在2013年翻修之后,被纳入至微小区域上莫尔旺地区(Haut-Morvan) 更大规模的区域部署和发展项目,以景观地的共同未来为愿景,重新定位为遗址及其景观历史。受到了一个世纪以来社会经济变迁的严重影响(人口减少,随之而来的是农业的大幅衰退和森林的相对扩张,然后是农林业行业的密集机械化)。

篇文章呈现了将景观作为遗址地管理的核心这一过程是如何逐步实现的。


正文

如果我们想尝试找到

   属于高卢人的东西,

我指的是景观仍然承载的那些,

即使在历经诸多世纪之后,

我们必须去毕布哈克特,

就在博夫雷的山巅 

主宰着莫尔旺的高原。

 (雅克·拉卡里埃尔 Jacques Lacarrière, 前进之路 Chemin faisant, 1974)

雅克·拉卡里埃尔 (Jacques Lacarrière),作为一位对历史踪迹很敏感的旅行作家,曾用几句话概括了博夫雷山(mont Beuvray)的精神内涵所在(或者换句话说,这也正是让任何敏感的游客所迷恋的风景):景观令人们所感受到的是,尽管有形的考古遗迹并不多, 但这个地方掩藏着遥远的过去。正如我们将展示的那般,这种对遗址景观价值的凸显,颂扬其历经岁月的珍贵, 却也令遗址景观地的管理者花费了一些时间来接纳这一理念。

位于博夫雷山顶的毕布哈克特古城遗迹在公元前2世纪末由埃杜维人(Les éduens)所建 。位于莫尔旺(Morvan)地区和今天的勃艮第的中心,高卢人以此地为都城达一个世纪之久 。作为重要的历史地标,在公元前52年夏天,正是在这里,韦辛格托里克斯(Vercingetorix)成为了高卢部落联盟的指挥,凯撒完成了《高卢战记》(De Bello Gallico)的写作。被世人遗弃、遗忘了两千年的毕布里克特从19世纪中叶开始经由考古学家之手重现于世。 在第一次世界大战前夕,考古学家约瑟夫·德切莱特(Joseph Déchelette)依据在这里出土的遗迹确定了铁器时代晚期典型的凯尔特人领地防御城镇(oppida)的特征。

毕布里克特在欧洲的近代史中也拥有其独特的位置,它集合了三个先天且互补的优势:既是一个杰出的自然和历史遗址,还是欧洲研究中心以及一个展示铁器时代考古成果的博物馆。它的特殊性还体现在其独创的管理理念非常有利于实验性项目的推行。自1984年,在密特朗总统的推动下,遗址的考古挖掘工作得以恢复,此类项目便层出不穷。以下段落将以编年史的方式呈现在实践过程中景观议题是如何逐步占据遗址地项目发展的核心位置的。

1970年:一个寻求全新发展坐标的地区

今天的博夫雷山被一片古老的森林所覆盖,乍一看似乎没有什么变化。然而,两千年前,当这座山被一个拥有五千到一万居民的城镇所占据时,应该是光秃秃的。从那时起,几个世纪以来,在人类行为活动的影响下,博夫雷山的地貌特征也在不断发生变化,这一点已被专注于景观历史的研究所证明。诸如孢粉学已被应用于对莫尔旺相当数量的泥炭沼泽的研究中。在20世纪,由于农业的衰退和森林的针叶化现象,博夫雷山的植被发生了巨变,而该遗址也被考古学家遗弃了。在莫尔旺山区范围内,居民人口数量在20世纪期间下降了80%,到世纪末稳定至15人/平方公里。在同一时期,森林面积增加了一倍,现在占据了一半以上的山区。自20世纪70年代以来,政府机构一直在努力为莫尔旺注入新的活力,尤其冀希望于旅游业。这一方案主要是借由莫尔旺地区自然公园所实现。这座公园的建立得益于一项新法规(1967年3月1日法令)的颁布,其规定:“一个或多个城市的全部或部分区域,如果因其拥有的自然和文化遗产的资源可以供人们休闲和旅游,并且亟需保护和规划,就可以被列为地区自然公园”,这一规定在相关法律条文颁布之前,是法国第一个关于乡村地区可持续发展的管理规定。

1985年:博夫雷山被列为历史遗迹

在恢复考古挖掘时,只有山顶部分属于公共所有财产:长达5.2公里的城墙线所包围的150公顷土地被莫尔旺地区自然公园收购,以期开发。

从1985年起,该地区被作为历史遗迹进行保护(根据1913年12月31日的颁布的法律)。博夫雷山曾被纳入文化部的相关项目框架,也因此被短暂地授予“国家级景点”这一头衔。此认证系统的设立就是以此为契机,开启将该遗址打造成为一个旅游景点的雄心计划。

1990年:博夫雷山被列为杰出景观地

从1989年开始,考古项目的不断发展带来项目规模的变化:博夫雷山随后被列入了国家重大工程受益名单之中。就在这时,出现了一个更为雄心勃勃的设施建设项目,通过建立足以容纳近百名考古学家和学生的欧洲考古中心来加强科研实力,再通过创建一个曾命名为“凯尔特文明博物馆”的遗址博物馆在文化领域有所发展。这一切皆由一个专设的机构进行管理。在此情势之下,博夫雷山的坡地整体以国家名义被收购,公共领地得以扩张,自然公园面积再添800公顷。正是在这种情况下,环境部着手将整个地区列为 “具有艺术、历史、科学、传奇性或风景特色地”(1930年5月2日颁布的法律)。这可以说是一种相当投机的策略,因为当时并没有对该遗址的特殊性进行深入分析以证明这一措施的合理性。

1997-2006: 景观成为提升遗产地价值的杠杆力量

接下来,就在博物馆开幕之后(1995年),第一批项目开始启动,以开发考古挖掘遗迹。曾被委托负责Rebout门(古城城门之一)和圣皮耶尔喷泉(已开发的泉水)项目的历史遗迹建筑设计师很快就同意项目的设计需要景观建筑师的介入,因为,如何将修复的建筑融入山景的 “自然 ”环境中是关乎项目成功与否的决定性问题。来自景观建筑设计师的第一个建议就是制定一个景观管理计划,作为未来山区工程的框架。这一切正是在2003年至2006年期间,在文化部所主导的,名为“凸显不可见的价值”项目背景下得以实现的成果。这一方案展示了将考古遗址做为景观地的意义所在,也就是说,可将其视为我们将自身的心理状态投射在融合了自然元素与过去人类活动遗迹的幕布之上的结果。前往遗迹参观的游客会将其视为景观,就如同考古学家需要费心地发现重要遗迹,对其进行解释并为其赋予意义。因此很容易理解为什么景观学方法在 “开发 ”考古遗迹方面的操作性颇强。对于毕布哈克特古城遗迹而言,这种方法显然能为该遗址长期(长达一个世纪)的管理和开发提供了新的指导方针。逐步揭示高卢城邦的地形框架,依据古代城市空间尺度创建的不同视角,均成为实施景观管理计划的基础。该计划还提出了创建一个介绍考古遗迹的专用词汇表。此外,它还确立了这样的原则:与考古研究和接待公众有关的布置与设施需为临时性装置,可随时拆除。

有些建议,无需特定的投入,即可立刻执行(事关林业开发和修复工地现场的管理)。其余可作为未来可开展的研究的基础。此种方案的另一个益处是允许构建一个由各方利益参与机构共享的山地景观的未来愿景,这其中还包括两个监督部门的代表,他们也需要对该遗产地项目工程的相关提案进行评估。

2008年:法国大景观地头衔的授予将景观置于遗址地项目发展的核心地位。

景观管理计划的理念使该遗址的管理者申请到了环境部于2003年创建的全新法国大景观地认证标识。它的入选标准以及流程相当严苛,每六年审核一次,其目的是促进对入选的著名大景观地进行恰当的保护和发展,关注优化游客体验,并确保景观地居民的身心健康。在2008年初,“毕布哈克特博夫雷山”(Bibracte Mont-Beuvray) 成为全法第六个获得此认证标识的景观地。此外,入选 “法国大景观地”体系也令遗址地管理者能够加入由约30个景观地的地方管理机构所组成的颇具启发性的,共享同一愿景的社群,这些地方管理机构汇聚于法国大景观地网络之中。该网络已成为一个可供在高质量景观地尝试乡村地区可持续管理新模式的实验室。毕布哈克特遗址景观地也为这个社群带来了其独特的综合遗址管理经验,即公共机构通过文化行动的执行不仅负责落实所有项目且安排设置遗产化过程中所涉及的,从遗址地的科研工作到旅游开发的所有行相关人员职位。

2011-2013年:博物馆常设展览的再造确立了新的范式

自建成以来,该博物馆一直竭尽全力担当着博夫雷山地区的门户形象。自90年代中期以来,发现的文物数量不断增加,到了2000年代末,常设展览的翻新势在必行,同时也需要重新定位向参观者所展示的叙述方式。博物馆最初的定位—“凯尔特文明博物馆”,确实符合时代的需求(1995年),但与考古研究本身却关联甚少……在2011年至2013年间对常设展进行重新设计时,充分利用建筑与环境的共生关系,博夫雷山的故事,而非在某个特定历史时期与之相关的人物,成为展览叙事的中心主题。新的叙事方式侧重于考古研究数据,并从人文地理的视角对该遗址进行解读。对于毕布里克特城的古代居民,我们不会将其视为可能的祖先,而是曾在这里生活的前人,他们创造开发了此地,并在这里的土地上留下了生活的痕迹。关于毕布哈克特城古代居民的文化身份的问题则被置于次要地位,而与“凯尔特文化遗产”相关的问题仅从考古研究的角度进行展示,即以从铁器时代至今依旧以活态形态存在的土地及地区资源使用模式。

通过其所在地区的发展历史,馆方力求与到访者共同展望着博物馆的未来。

2014年:将景观作为地区发展项目杠杆力量是再次成功申报景观地认证标识的基础

在2014年初,遗址景观地再次获得了 “法国大景观地” 认证标识。此次申报的成功得益于申报文件中所呈现的此地所面对的全新挑战:建立一个着眼于景观和遗产问题的地区发展项目。

由于该计划远远超出了文化部下属的遗址管理机构的职责范围,它实际上是与在地区发展工作中具有充分合法性莫尔旺地区自然公园合作执行的。此项目的执行也得益于 “卓越实验室 ” ITEM(用于:创新与山区地区发展)内部汇集了多学科研究学者联盟的协作。

该行动计划试图创建一个关乎景观未来的共同愿景,作为各相关部门机构(农业、林业、旅游业)的发展、政府机构的行动以及 “公民社会 ”所预期的全民动员实现的基础。 

在已经完成的工作内容中,我们可以指出:

– 对该地区的景观所做的评估可以为博雷山界定其周边缓冲区的范围(覆盖了8个村庄,约有2,500名居民,总共约15 000公顷的区域),并绘制了景观生态脆弱性空间分布图 ;

– 对缓冲区内的50多个农场进行调研,并启动具体的项目来发展绿道经济;

– 启动对森林业主的调研;

– 支持乡村社区采取主动行动,收回对景观的掌控权。

因此,该计划面临着双重挑战。景观议题即可以成为进行对话和实现社会凝聚力的载体,又可以作为一个具有连贯性的地区发展项目的指导原则,因为它能够令我们在一个项目中同时面临不同领域所涉及的问题,如农业、林业、能源、旅游等,而以往我们更习惯于将上述议题进行分别处理。此类执行方案俨然是具有实验性的,因为并没有现成的规划能适用于各种状况以及所有景观类型。令人满意的是,此类项目的实施开始备受瞩目。在法国,此类项目的执行促进了公民倡议活动的兴起,例如“后石油时代景观共同体协会”所做的倡导。在他们的质疑声中,政府启动了各种试验性的方案,如环境部的景观计划。

过去半个世纪的繁荣给人们带来一种错觉,即每个人都可以规划自己的命运,而不关心身边的邻居以及与他人共享的这片土地。今天,世界的动荡迫使我们通过重新树立对土地的尊重和创造人与人之间新的联结来重塑我们的生活方式。这是一项艰巨的任务,但在我们看来,保护杰出景观的行动颇能振奋人心,可以帮助我们迎接挑战。这也是我们在毕布哈克特遗址景观地试图向世人所展示的内容。


图片说明

  • p102-103 从修道院牧场看到的街区全景。
  • p104 莫尔旺林区。
  • p106 博夫雷山的考古发掘现场。
  • p107 博夫雷山秋景。
  • p108 -109 参观毕布哈克特博物馆常设展。
  • p111 缓冲区示意图。

参考书目简要

也可以访问以下网址: www.bibracte.fr 

Barnoud (P.), Boura (F.), Gorlier (J.), Guichard (V.). — L’aménagement de l’oppidum gaulois de Bibracte : chronique de quinze années de tâtonnements. Dans : Balsamo (I.) dir. — Vestiges archéologiques en milieu extrême, Actes de la table ronde de Clermont-Ferrand (2000). Paris : Centre des monuments nationaux, 2003, p. 150-163.

Guichard (V.), Chazelle (Cl.). — Mettre en valeur l’invisible : réflexions sur le site archéologique de Bibracte. Dans : Bellet (M.-E.), Chazelles (Cl.) dir. — De la restitution en archéologie, Actes du

Colloque de Béziers (octobre 2005). Paris : Centre des Monuments nationaux, 2007 (Téléchargeable sur le site http://editions.monuments-nationaux.fr).

Chazelle (Cl.), Guichard (V.). — Mettre en valeur l’invisible : Une réflexion à propos du site archéologique de Bibracte. Dans : Benková (I.), Guichard (V.) dir. — Gestion et présentation des oppida : Un panorama européen, Actes de la table ronde de Beroun (CZ), 26 septembre 2007. Glux-en-Glenne ; Prague : Bibracte ; Institut archéologique de Bohême centrale, 2008, p. 179-186. (Bibracte ; 15).

Lemarchand (F). — Bibracte, une ville entre deux mondes. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2017.

Tabary (D.), Maillier (A.). — Bibracte – Mont Beuvray : Grand Site de France. Paris : Les Nouvelles

Éditions de l’Université, 2015, 64 p. (Petit futé : Beaux livres / Grand Site de France).

Webinaire « Patrimoine, mise en valeur et revitalisation des territoires »

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search