Cité de l’architecture et du patrimoine, la sensibilisation auprès du public

Par Catherine Chevillot
Présidente de la Cité de l’architecture et du patrimoine


galerie des moulages, Cité de l'architecture et du patrimoine

galerie des moulages, Cité de l’architecture et du patrimoine

Madame Chevillot rappelle que la Cité de l’architecture et du patrimoine dépend du ministère de la Culture. Elle est située dans un édifice plusieurs fois remanié, édifié à l’origine pour l’exposition universelle de 1878, et en partie reconstruit en 1937. Il s’agit donc de composer avec un bâtiment qui n’était pas conçu pour sa destination actuelle. La Cité de l’architecture a abrité l’ancien Musée des monuments français, créé en 1882 par Viollet-le-Duc, premier grand architecte français à avoir pensé une doctrine de restauration des monuments historiques. Ce musée a connu quelques extensions, notamment une galerie d’architecture contemporaine, qui propose des actions de sensibilisation envers des publics très différents.
Cette institution a été rejointe par l’École de Chaillot, créée en 1887, qui a permis de coupler un lieu de transmission et un musée. L’École de Chaillot n’est pas une école d’architecture, mais permet aux architectes ayant déjà obtenu leur diplôme de se spécialiser sur la restauration des monuments anciens. La formation sur le patrimoine est donc au cœur des missions de la Cité depuis 125 ans, avec notamment deux grandes formations très importantes formant des relais pour sensibiliser sur le terrain au patrimoine et à son devenir.
La première est le diplôme de spécialisation et d’approfondissement, d’une durée de deux ans, homologué par le ministère de l’Enseignement supérieur. Cet enseignement, à l’origine exclusivement axé sur le bâtiment, s’est ouvert à des problématiques plus diverses, comme l’urbanisme, la ville, le paysage ou les implications sociales de l’architecture. Cela a conduit à entreprendre une grande réforme de ces diplômes et des contenus de l’enseignement pour le moderniser. Trois idées fortes guident cette réforme. La première est de diminuer la partie théorique et d’augmenter la partie pratique. Les étudiants se rendent chaque année sur le terrain, et travaillent en atelier dans une petite ville au patrimoine suffisamment divers pour étudier un projet en dialogue avec tous les intervenants locaux, décideurs politiques, techniciens, architectes, et habitants. La seconde idée forte est de former aux méthodes de médiation. Il est important de savoir présenter ses arguments, mais également d’être à l’écoute des besoins des utilisateurs locaux. La troisième idée est d’approfondir l’enseignement en économie et développement durable.
L’École de Chaillot dispense également, avec l’École des Ponts Paris Tech, une formation des architectes et urbanistes fonctionnaires de l’État. Sur le terrain, ils jouent un rôle de conseil, de contrôle et d’autorisation de travaux.
La Cité de l’architecture organise également nombre de débats avec tous les acteurs. Ces rencontres sont au cœur de sa politique. Deux programmes spécifiques ont été lancés par le ministère de la Culture : le programme « Action Cœur de Ville » pour les villes de moyenne importance, et « Petites villes de demain ». Ces programmes sont destinés à aider les maires à redévelopper leur centre-ville, en leur proposant des moyens techniques et financiers.
Enfin, les expositions, vecteurs de diffusion de la culture de l’architecture auprès du très grand public, et les actions éducatives à destination des petits ou des plus grands, ont pour objectif de permettre à chacun de s’approprier la culture de l’architecture.



Citer ce billet
Françoise Ged (2022, 5 juillet). Cité de l’architecture et du patrimoine, la sensibilisation auprès du public. Itinéraires culturels au Guangdong. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pd03

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search