Discours d’ouverture – Catherine Chevillot

Par Catherine Chevillot
Présidente de la Cité de l’architecture et du patrimoine


Palais de Chaillot

Palais de Chaillot

Madame Catherine Chevillot, conservateur du Patrimoine, docteur en histoire de l’Art et Présidente de la Cité de l’architecture et du patrimoine, se déclare honorée d’ouvrir ce premier séminaire sur les anciennes routes postales de la province du Guangdong.
La Cité de l’architecture et du patrimoine est un établissement public du ministère de la Culture, lieu historiquement lié au patrimoine, puisque le Musée des Monuments français, prémisse du plus grand musée d’architecture d’Europe, et l’École de Chaillot, ont été fondés à la fin du XIX° siècle par des personnalités aux sources de la doctrine de la restauration des Monuments historiques en France.
Patrimoine et création contemporaine sont les piliers de la Cité de l’architecture et du patrimoine, car ils sont non seulement liés à des enjeux essentiels, mais aussi par des enjeux d’interaction. Pour réhabiliter un bâtiment, il faut en effet articuler une création contemporaine à un patrimoine ancien.
La Cité de l’architecture et du patrimoine est un lieu ayant vocation à rassembler, à former, et à échanger. L’enjeu de cette conférence est d’autant plus fort que la culture, dans certains endroits du monde, est menacée par des phénomènes naturels, par l’accélération de la mondialisation de l’économie, ou par des événements liés à des guerres. Il existe donc un danger d’appauvrissement des territoires, de rupture entre la culture urbaine et la culture rurale, entre les métropoles et les petits villages. Face à ces problématiques communes, il est possible d’apprendre les uns des autres.
C’est grâce à un poète originaire de la province du Guangdong, (Huang Zunxian 黄遵宪 1848-1905) que le terme 文明 « civilisation » s’est propagé au début du XXe siècle, associant joliment le caractère de la culture (文) et celui de la lumière (明). Ce magnifique symbole illustre bien le fait que la culture éclaire la civilisation. La lumière de la culture peut guider dans le processus de restauration, qui n’est pas seulement un problème technique, mais un problème culturel. L’enjeu est de rechercher dans ces ressources culturelles des guides pour faire face aux déséquilibres sociaux, écologiques et économiques. Les différents objectifs sont de sauver le patrimoine, de le transmettre, et de le faire vivre.
Les échanges culturels entre la Chine et la France sont anciens, en particulier ceux qui nous lient à l’université Tongji. Cette ancienneté est une richesse, qui repose fondamentalement sur la confiance dans les personnes. Le sinologue François Jullien a dit que « l’altérité se construit », et je dirais volontiers que l’altérité nous construit également. Ce programme a été préparé par des rencontres entre décideurs, chercheurs, gestionnaires. Il est fondamental de comprendre globalement l’environnement et les expériences mutuelles, en pratiquant l’interdisciplinarité.
Madame Chevillot souhaite que cet échange soit fructueux et remercie tous ceux qui y ont contribué.



Citer ce billet
Françoise Ged (2022, 7 juillet). Discours d’ouverture – Catherine Chevillot. Itinéraires culturels au Guangdong. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pd04

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search